.

L A
L É G E N D E

Le Chêne Pendragon rend hommage à Arthur Pendragon et aux armoiries de la ville de Saint-Léger-en-Yvelines.

La légende du roi Arthur et de ses chevaliers s’est constituée et développée durant des siècles.

L’aventure est l’élément essentiel de ce grand mythe qui traverse le Moyen Âge : les chevaliers partent prouver leur courage, et surtout, avec la Quête du Graal, éprouvent leur foi et leur vertu… Les exploits du roi Arthur, de Merlin, de Lancelot ou de Perceval continuent, par-delà les siècles, à fasciner notre imaginaire.

Cette histoire ne serait pas ce qu’elle est sans parler de l’épée légendaire: Excalibur.

Excalibur est le nom de l’épée magique du roi Arthur. On la confond souvent avec l’épée du rocher, qui était figée dans le granit et que personne ne pouvait extraire de la roche à part Arthur, ce qui attesta qu’il était bien le roi légitime de Bretagne.

L’épée du rocher fut la première arme d’Arthur mais elle fut brisée lors d’un combat. C’est pourquoi la Dame du Lac – une fée dont Merlin était profondément amoureux – demanda aux elfes de fabriquer une nouvelle épée pour Arthur. Excalibur fut forgée dans un métal enchanté si dur que rien ne pouvait le rompre. Elle avait le pouvoir d’assurer la victoire à son porteur même si celui-ci semblait moins fort que ses adversaires.

C’est grâce à elle qu’Arthur rassembla tous les camps de la Bretagne qui étaient jusque-là divisés et qu’il unifia le peuple breton dont les meilleurs de ses chevaliers siégeaient autour de la Table Ronde, à Camelot.

Selon la légende, Camelot attirait de partout les chevaliers désireux de se joindre à la Table Ronde : ils partaient chercher aventure, gloire et renommée et cette quête deviendra un symbole de recherche de l’absolu… le Graal.

La coupe du Graal aurait été taillée par les anges dans une émeraude tombée du front de Lucifer lors de sa chute. Elle aurait ensuite été confiée à Adam, qui l’aurait perdu après le péché originel, puis Seth l’aurait retrouvé, et de là elle serait parvenue jusqu’au Christ.

Joseph d’Arimathie aurait récupéré le calice de la Cène (le dernier repas du Christ), et l’aurait amené jusqu’en Bretagne, en passant, entre autres, par la forteresse de MontSégur, dernier fief cathare.

A partir de la Bretagne, serait partie la Quête du Graal qui aurait aboutie entre autres en Armorique, mais jamais le Graal ne fût retrouvé.

Pourtant, certaines légendes racontent encore qu’il fût enterré sous un chêne, et que ce chêne, une seul fois par an, quelques instants, pendant le solstice d’été, se revêt entièrement d’or…